dsec.info
database system to enforce control
   
call 2.0 ]  [ discussion-forum ]  [ call 1.0 ]  [ links ]

 

// english // español // france //
 


            dMM.
            dMM.
      ,mmm_.dMM.         .o._m.m,.     ,..mm.m.     _,m.m.op_
    ,MMP''`YMMM.        ,MMP''`'MM_  ,MMM"''"MMM.  dMMP''`YMML
   ,MMP     YMM.        YMMb._  ""' ,MMP      YMM ,MMP     YP"
   ;MMP     7MM.         'PMMMM8mm_ (!MMMMMMMMMMM'dMM'
   `MMb     ]MM.        _._ `'"YMMM.`MMb      _.i YMMb     ,mm.
    YMML   ,?MM.   ___  YMML    dMM' YMML    dMMP  !MM.   ,MMM'
     `YMMMMMYMM'  ]MMM   `MMMMMMMP'   `YMMMMMMp'    '8MMMMM!F
        '''  ''    '''     `''''         ''''         `''''
          [database systems to enforce control]                        
www.dsec.info    ||     www.noborder.org
[appel.miseàjour - 20 mai, 2002]

                        /\    camp noborder - 19-28 juillet, 2002 
                   /\  /  \   strasbourg
                  /  \/____\  www.noborder.org
                 /____\

 

LES GENS SE DEPLACENT --- LES GENS COMMUNIQUENT


Les gens traversent les frontières physiques et virtuelles, et repoussent les frontières électroniques à travers la communication numérique et physique. Les états et multinationales imposent un contrôle de ces deux flux. Les technologies de l'information font partie d'une libre culture de résistance, en même temps qu'elles sont des outils de développement d'une société du contrôle.

Le camp de frontières de Strasbourg est l'endroit idéal pour explorer ces connexions et lier les luttes de libre circulation et de libre communication.

|
|
|
|
|
|
|
|
------------------------------------
 

L A   E M P L A C E M E N T


d.sec (dont le premier appel a été publié sur http://dsec.info en janvier 2002) participe au camp d'action international "noborder" (href="http://noborder.org/strasbourg) à Strasbourg, du 19 au 28 juillet 2002. Avec l'intention de créer un fil conducteur entre les thèmes de liberté de mouvement et de liberté de communication. Les deux problématiques et pratiques sont liées, et ce lien gagne en importance à mesure que les frontières deviennent virtuelles - ce qui n'a certainement pas pour effet de les assouplir.

Situé en Alsace, à proximité d'une frontière franco-allemande qui s'est déplacée cinq fois les cinq siècles derniers, Strasbourg héberge aujourd'hui le Système d'Information Schengen (SIS), un centre de rétention ainsi que de nombreuses institutions européennes. d.sec utilisera cet espace fortement symbolique comme terrain d'expérimentation, pour mieux comprendre la virtualisation des frontières et les possibles manières d'agir.

1000 à 3000 personnes sont attendues lors de ce camp de frontières. d.sec sera présent sur le camp ainsi qu'en ville, avec des panneaux de présentation, des ateliers, des discussions animées comme des moments de détente avec portable et tasse de café.
|
|
|
|
|
|
|
|
------------------------------------
 
C O N C E P T


d.sec, c'est refléter les mécanismes de répression et de contrôle dans les domaines de libre circulation et de libre communication ; c'est visibiliser les expériences de passage de frontières électroniques et physiques ; c'est une tentative d'intégrer le cyber-activisme et de prendre les rues, de trouver les connexions entre savoirs sociaux et techniques. L'objectif plus vaste est de consacrer du temps à une exploration permanente des potentiels techniques de la résistance contre régime des frontières.

d.sec repose sur la diversité des personnes qui seront présentes au camp de Strasbourg. Certaines d'entre elles gagnent leur vie grâce à du travail "immatériel" en tant que concepteurs web, administrateurs, programmeurs, traducteurs, dans des centres d'appels... D'autres n'utilisent ce savoir que dans leur travail politique. Certain-e-s se focalisent sur les rues. D'autres encore ont plus d'expérience en matière de frontières et de migration.

                        /* hackez les rues. soyez rose et argent sur le net */
d.sec a pour but de devenir une structure ouverte où militant-e-s, antiracistes, migrant-e-s, hackers, teccies, artistes et beaucoup d'autres mettent leur savoirs et pratiques en interaction, de manière autogérée. Un espace pour discuter et mettre en réseau, pour partager et collectivement produire des connaissances. Un laboratoire pour expérimenter diverses manières de "hacker les rues" et de se réapproprier le cyberespace avec des foules rose et argent ; pour s'essayer aux identités virtuelles, à gnu/linux et aux logiciels libres ; pour décortiquer l'incarnation de la technologie, pour explorer le sens de la transgression des frontières - physiques et virtuelles.
|
|
|
|
|
|
|
|
------------------------------------
 


M O D E S


Nous proposons trois modes de rassemblement ; flexibles, pouvant se dérouler n'importe où et se transformer au gré des désirs de chacun-e :

[présentations] en partant de contributions (films, paroles, sites webs, sons), interventions allant d'exposés les plus formels à échanges des plus détendus. Peut se transformer en discussions et s'ouvrir à tout le monde...

[ateliers] échanges de savoirs autour de thèmes comme la sécurisation de son ordinateur, l'installation de GNU/Linux, le montage vidéo, la radio internet, les sites web, la conceptualisation de diagrammes, le streaming...

[échanges dynamiques] Réflexions intenses, rêves et théories dans des perspectives de projets et actions. Peut durer quelques minutes comme plusieurs nuits et jours.

|
|
|
|
|
|
|
|
------------------------------------
 

C O N T E N U S


présentations. ateliers. échanges dynamiques. carnaval()
{



d.sec/thèmes/base
   {libre circulation & libre communication - ou sont les connexions ? 
   frontières virtuelles/barrières numériques/contrôle d'état - que
   sont-ils, comment les visibiliser, comment dépasser les mythes au
   sujet du SIS ?}
    
     # théâtre dans les espaces publics, théâtre 
       invisible, jeux autour des caméras de 
       surveillance, cartographie du contrôle 
       urbain, lecture de cartes à puces, 
       explorations psychogéographiques.
     # discussion, exploration, échange
    
     /* Zapatistes / utilisation du web */
     /* Echange entre ASCII (amsterdam, squat.net/ascii) et 
        The Voice (association de réfugié-e-s auto-organisé-e-s, 
        http://www.humanrights.de/voice/index.html)?
   ) ? /*
     /* Syndicat potentiel/bureau d'études/infokiosk noborder : 
        jeux sur les systèmes de contrôle, information 
        tridimensionnelle */
                 [présentations] [ateliers] [échanges dynamiques] 
      


d.sec/thèmes/opensource 
  {le monde des logiciels libres : le développement 
   anticapitaliste existe-t-il ? pourquoi le soutenir ?}
   
    #échanges de savoirs
    #théorie
   
    /* Debian, FreeBSD, GNU/Linux, TCP/IP,
       sécuriser son ordinateur : firewalls, 
       cryptographie/communications sécurisées, 
       besoins de l'"activiste mobile", VPN, 
       campware, données numériques, etc. */
    #Intéressés: squat.net, ascii, print 
                 [présentations] [ateliers]

d.sec/thèmes/militantisme.électronique.désobéissance
    {faire du cyberespace un espace public ; l'art du 
    militantisme internet ; la communication-guerilla}
    
    
        /* Floodnet, Lufthansa, manifestations en ligne, 
        (r)TMark, electronic disturbance theatre, the 
        yesmen, deportation-class.com, Toywar, 
        root@sis# shutdown -h now, pollusion visuelle 
        et sabotage stratégique. */
                 [présentations] [échanges dynamiques]

d.sec/thèmes/corps
 {technologie, communication et corps ; l'humain derrière 
   la machine : corps/cyborgs/identités/interfaces ; d.sex ;
   se libérer du genre ? genre et identités virtuelles,
   discussions électroniques et sexualité/sexisme/structures 
   de pouvoir dans le cyberespace ; "teccie" : une identité genrée ?
   bidouiller les genres et identités dans le cyberespace}
    
     # expériences, laboratoires, théorie
    
     /* old boys network (?) */
                 [présentations] [échanges dynamiques]

d.sec/thèmes/hacktivisme
   {le hacking, pourquoi ? hacking et éthique ; 
   exploration d'un concept}
    
                 [présentations] 


d.sec/thèmes/médiactivisme
  {plus que du reportage ? technomanie, art ou outil ?
   investir la sphère publique}
   
     # réaliser/utiliser les vidéos (militantes),
       les webstreams, les radios/télés pirates
       les unités de médias mobiles, la publication 
       ouverte/modérée, les projections publiques
    
     /* centres indymedia */
     /* serveurs alternatifs, d'info dissidente 
        (nadir, sindominio, etc.) */
     /* radio du camp : groupes européens de radio */
     /* le bus noborder-zone de la caravane publix-theatre (vienne,
        no-racism.net/noborderzone) 
        ofrecerá un cine, una área de
                 proposera un cinéma, un
	espace de travail avec ordinateurs et accès internet, un bar et
	une scene... */
     /* tout le monde est un-e expert-e */
     /* performances sonores et frontières */
             [échanges dynamiques] [présentations] [ateliers]
 
 } 

|
|
|
|
|
|
|
|
------------------------------------
 


Q U I ?


Le plus de personnes et groupes possibles travaillant sur des sujets liés aux problématiques de "liberté de circulation et liberté d'information" sont invitées, comme :

la caravane du publix theatre (no-racism.net/noborderzone - vienne) --- hacknet milan (italie) --- campware|campfire (un projet du media lab de prague) --- the voice (migrant-e-s auto-organisé-e-s d'allemagne) --- des gens du chaos computer club (www.ccc.de - qui ont organisé leur première manifestation physique dans les rues il y a quelques semaines) --- ascii (squat.net/ascii - amsterdam) --- puscii (squat.net/puscii - utrecht) --- genderchangers (genderchangers.org - amsterdam) --- print (squat.net/print - dijon) --- undercurrents, ak-kraak, trojan tv (undercurrents.org, squat.net/akkraak, organicchaos.org - collectifs vidéoactivistes) --- electrohippies (fraw.org.uk/ehippies - floodnet, royaume-uni) --- european freeradio network (londres), --- www.hacktivism.com --- centres indymedia (indymedia.org) --- des individus des projets debian gnu/linux (debian.org) et freebsd (freebsd.org), ainsi que beaucoup d'autres groupes et personnes...

/* le programme sera défini à la prochaine mise à jour de l'appel (2.0) */
|
|
|
|
|
|
|
|
------------------------------------
 

A C T I O N


d.sec, c'est la contamination respective de plusieurs multitudes par des désirs et actes positifs. Transformons nos projets, questions et pratiques en interventions. Apportons des outils pour franchir les barrières numériques. Soyons les humain-e-s derrière les machines.

/* diffusez cette invitation à quiconque susceptible d'être intéressé */

/* envie d'ajouter votre projet au pré-programme ? besoin de matériel ? -> contact */

|
|
|
|
|
|
|
|
------------------------------------
 

email: contact
more info at www.noborder.org

[x] d.sec /di:' SIk/, abv. (a) Database System to Enforce Control. Base de données servant à restreindre les libertés d'un groupe spécifique. Emergea à la fin du XXième siècle, lors de la transition de la démocratie vers l'empire. (b) opp déformation sécuritaire . Compréhension disfonctionnelle de la sécurité. (c) spec repère du premier bordercamp international, 2002. EG desécurisons le SIS. //*Collins Cobuild English Language. London; Glasgow: Collins, Stuttgart: Klett 1987, p. 352.


   
Sitemap